Bilan du 1er mois ou comment trouver la bonne équation

Eh oui, un mois déjà depuis l’accouchement. Non, je ne vais pas dire que ça passe vite. Trop classique. Disons que « ça se passe ». Entre les tétées, le change, le bain, les câlins et bien sûr le temps à consacrer à notre premier, wouh ! C’est qu’on en fait des choses en 24 heures !

Alors ça y est , c’est l’heure du premier bilan. Un bien grand mot quand vous allez lire ce qui suit parce que ça va être relativement court.

Semaine 1 : trois jours à la maternité où on prend bien soin de toi et de bébé. Un accouchement, ça remue quand même et pas que physiquement. Tu découvres ce nouveau petit être qui désormais ne dépend que de toi, sa mère. Plein de questions te passent par la tête, généralement celles que tu te posais déjà enceinte : « Est-ce que je vais y arriver ? Est-ce que je vais l’aimer autant que le premier ?  Pourquoi la bouffe de l’hôpital est toujours aussi dégueu ? » Bref. Une fois les 3 jours passés, bah il faut rentrer à la maison. Et trouver son rythme. Enfin plutôt s’adapter au rythme que ton 51cm va t’imposer, parce qu’en vérité, toi, tu n’imposes rien du tout, en tout cas pour le moment. Et puis la première semaine, c’est aussi l’occasion de rencontrer ta sage-femme -ou de la revoir- qui te prodiguera moult conseils -que tu suivras, ou pas- et qui te prévient que vous allez vous revoir bientôt : la rééducation périnéale, ça te parle ? Allez j’exagère. Ma SF est adorable et très à l’écoute.

Semaine 2 : on commence à s’adapter. Avec mon premier qui va à l’école, ça me laisse un peu de temps pour me reposer. Car les nuits sont courtes, jeune maman, n’oublie pas ! BB2 m’a beaucoup réclamé le sein cette semaine-là… un peu trop à mon goût d’ailleurs car j’avais la nette impression qu’il y était pendu H24 : les fameuses poussées de croissance. Ajoute à cela le contre-coup de toutes les émotions gardées au plus profond de toi depuis 10 jours, une bonne grosse fatigue entraînant inévitablement une baisse de ta lactation, une difficile sensation d’échec et la culpabilité qui va avec, Mumsieur qui n’a pu poser son congé paternité comme il l’aurait voulu, mélange le tout et ça te donne le début d’un bon baby-blues. Mais bon, comme on dit, chiale c’est gratuit !

Semaine 3 : Mumsieur est enfin avec moi ! Ah le congé paternité : merci, merci, merci ! Je revis ! Qui a dit que les papas ne s’impliquaient pas dans leur vie de famille ? Qui a dit que les papas ne se levaient pas la nuit pour consoler BB ? QUI ?!!! J’ai de la chance de ce côté-là et à lui aussi, je dis merci ! Son soutien pendant ce congé m’était indispensable, et il l’est encore aujourd’hui. Faut dire qu’après avoir chialé un bon coup -pas d’autre mot que « chialer » quand on pleure et qu’on est incapable d’expliquer pourquoi, un peu comme mon premier quoi… Un peu moins fatiguée, le passage à l’allaitement mixte (sein + biberon) y est sans doute pour quelque chose. Mieux dans ma tête car j’ai enfin les réponses à mes questions -merci la Leche League. Mais l’envie de reprendre l’allaitement maternel exclusif me taraude, les regrets m’envahissent : c’est possible de revenir en arrière ?

Semaine 4 : Hé, vous me reconnaissez ? C’est moi qui vous fait passer des soirées de m… et qui fait se tortiller votre bébé. C’est moi qui le fait hurler de douleurs à n’importe quelle heure de la nuit et qui le rend parfaitement inconsolable ! C’est moi Super-Colique !
Bah oui, on pensait y échapper, pas de bol, on est des parents ordinaires… La faute au lait artificiel (ou aux flageolets que t’as mangé ce midi) ? Peut-être. Mais voilà tout, on découvre de nouvelles choses avec BB2 et la complicité entre lui et son grand-frère s’agrandit de jour en jour : quand le petit pleure, le grand le réconforte et (parfois) ça marche. Il l’adore !

A part ça, les nuits sont toujours aussi courtes. Mon envie de reprendre l’allaitement maternel exclusif se fait de plus en plus pressante. J’ai donc décidé de commencer cette semaine.

Quoi  ? J’ai dit que le bilan serait court ? Arf, tout est relatif ! Et puis, si vous êtes arrivés jusque là, c’est que c’était pas si inintéressant que ça…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s