Ce qui révolutionna mes nuits (ou comment enfin réussir à faire dormir bébé)

Depuis mon accouchement début janvier, ça n’est pas un scoop, les nuits sont courtes. Très courtes. Entre les pleurs de bébé, la difficulté à l’endormir, les réveils intempestifs et les multiples tétées, disons ça laisse peu de temps pour ce qu’on est censé faire la nuit : dormir. Mais ça c’était avant.

Avant que je ne découvre 3 astuces qui ont révolutionné mes nuits ! Le résultat, c’est qu’elles sont beaucoup plus tranquilles : bébé est beaucoup plus serein au moment du coucher, il se réveille une à deux fois maximum entre 23h30 et 9h le lendemain pour téter, et toute la famille est plus reposée.

Allez je vous sens fébriles, vous voulez savoir n’est-ce pas ?

Alors pour commencer, il va falloir remettre en question certaines croyances à propos des bébés. En particulier de leurs pleurs. Les journées sont épuisantes quand on a un tout jeune enfant, encore plus s’il y a un premier dont il faut également s’occuper quand il n’est pas à l’école (vive les vacances… Il reprend quand l’école déjà ?). Les nuits sont courtes, j’insiste, bébé a un grand besoin d’être câliné, qu’on s’occupe de lui et entre les tétées ou les bibis, le change, le bain, etc. la fatigue ne nous quitte jamais vraiment. Il y a parfois une nuit plus calme que les précédentes (comme pour nous permettre de recharger les batteries complètement à plat depuis des semaines) mais pas de faux espoir, la nuit suivante sera là pour nous rappeler que ça n’était qu’une exception… Ah, ce qu’on est vulnérable quand on est jeune parent.

Et quand on est vulnérable, on cherche du soutien. Les conseils des proches, les bouquins, Internet… Tout y passe. On entend et lit tout et son contraire, du « Laisse-le pleurer, ça ne va pas le tuer » à  » Si tu le prends dans tes bras au moindre pleur, t’as pas fini ! » en passant par « Il commence les caprices ».

Alors non, un enfant de cet âge ne fait pas de caprice ! Arrêtons de croire que bébé pleure pour nous ennuyer. Il n’a pas encore la notion du « Je fais ça pour provoquer mes parents », allons ! Il est en réalité bien plus vulnérable que nous, ses parents. Il y a encore quelques semaines il était dans le ventre de sa mère et ne ressentait ni la faim, ni la soif, ni le chaud ni le froid, ni la fatigue : l’ensemble de ses besoins était comblé. Et aujourd’hui, après être passé par un accouchement -peut-être éprouvant d’ailleurs-, il se retrouve totalement dépendant. To-ta-le-ment. Il n’est pas en mesure de répondre à ses propres besoins. Et les spécialistes s’accordent à dire que bébé pleure souvent d’impuissance et de frustration. Ça se comprend, non ?

Laisser pleurer bébé, on oublie !

Personnellement, j’ai remis en question ma façon de gérer les pleurs avec bébé. Je pensais bien faire en appliquant la célèbre méthode du « 5-10-15 » : si vous ne connaissez pas, c’est une méthode qui consiste à aller voir bébé lorsqu’il pleure pour s’assurer que ses besoins sont comblés et que rien de particulier ne le gêne, et on s’en retourne à nos occupations. S’il pleure à nouveau, on le laisse 5 minutes et on retourne le voir. Puis 10 minutes, puis 15 minutes. Généralement, bébé s’arrête de pleurer. Pour l’avoir appliquée pour mon premier, je l’ai trouvée très efficace (c’était d’ailleurs Mumsieur qui ne parvenait pas à tenir et retournait le voir avant…).

Mais de récentes études mettent en avant les aspects néfastes de cette méthode. En effet, laisser pleurer un bébé consisterait à lui dire qu’il peut pleurer autant qu’il veut, personne ne viendra l’aider. Cela augmenterait la fabrication d’hormones du stress dans son organisme, nuisant à son développement. Sachant cela, je ne compte pas trop m’y remettre. Du moins pas de sitôt, car les avis divergent encore.

J’essaie donc d’aller voir bébé dès qu’il pleure. A chaque fois. Je ne le prends pas systématiquement, attention. Mais je lui parle calmement, et lorsqu’il a un gros chagrin je le prends et le berce. Ça le rassure et moi, ça me fait du bien de le sentir contre moi, apaisé. Après, c’est vrai qu’au moment de la sieste ou du coucher par exemple, je n’échappe pas à la règle : quand je le repose dans son lit, même s’il est endormi, il se réveille et se met à pleurer. Je rappelle en moi tout ce qu’il me reste de patience et je lui explique qu’il est l’heure de dormir, que je suis fatiguée, que je dois aussi m’occuper de son frère. Généralement ça marche : sa respiration se ralentit, il me regarde comme s’il comprenait, tourne sa tête sur le côté et ferme doucement les yeux.

Maintenant, je ne dis pas que dans quelques mois je ne testerai pas la méthode du 5-10-15. Mon premier en a fait les frais -mère indigne- mais ça m’a aussi aidée. Il faut se sentir à l’aise dans la gestion des pleurs de bébé. Si on ne se sent pas de le laisser pleurer, que ça nous arrache le cœur, alors on ne le laisse pas. Si au contraire, on éprouve le besoin de respirer 5 minutes parce qu’on risque de s’énerver en allant le voir, alors on respire et y retourne dans 5 minutes. C’est au feeling, c’est ce qu’il y a de mieux.

« Aménager » un lieu propice à l’endormissement

On ne le dira jamais assez, les bébés ont besoin d’être rassurés. Et ils ont besoin, entre autres, d’habitudes. Autant la routine nous tuerait, qu’eux la réclame ! Leur vie est faite de tableaux : le moment du réveil, celui du bain, celui de la tétée ou du biberon, de la sortie de l’après-midi, etc. Un petit changement peut très vite les perturber. Du coup, un peu comme avec les histoires pour les enfants un peu plus grands, instaurer un petit « rituel du coucher » peut aider.

Pour le coup, je me suis inspirée de cet article glané sur le net et que j’ai trouvé très bien : « Comment je fais dormir les bébés ». Depuis quelques jours, je fais en sorte que le soir nous utilisions une lumière tamisée lorsqu’il est avec nous dans le salon -ce que c’est reposant. Puis, une fois le grand couché, bébé prend sa dernière tétée (vers 23h). Je le garde un peu, le temps qu’il fasse son rot et je le change. Enfin, je l’installe dans son lit, à la lumière de sa veilleuse et je lui donne sa tétine.

Bon, je vous entends déjà : « Mais là, c’est pas du jeu, s’il a une tétine ». Je vous arrête tout de suite, mon fils est un récalcitrant : il n’aime pas trop ça la tétine, autant vous dire que je ne peux pas m’en servir comme d’une solution miracle. Ça le calme juste un peu le temps qu’il s’endorme, car de toute façon il la recrache illico une fois dans les bras de Morphée ! Je place mon coussin de maternité (ou coussin d’allaitement) en « U » autour de lui, de façon à ce qu’il sente un contact, un peu comme dans le ventre de maman. Je reste avec lui le temps qu’il s’endorme. Je fais ça depuis 3 jours et je peux vous dire que ça marche du tonnerre !

squareemoji_18022017_182008

Ah oui, aidez votre bébé à faire la différence entre le jour et la nuit : les siestes se font à la lumière du jour. Inutile de fermer les rideaux ou volets la journée, c’est totalement contre-productif. Bébé ne parviendra pas à distinguer le jour de la nuit et vous attendrez longtemps avant de pouvoir dormir 5 heures d’affilée à nouveau…

Investir dans une veilleuse « Tranquil Turtle »…

… ou se la faire offrir. Je ne remercierai jamais assez mes proches pour avoir offert cette veilleuse à mon petit.

Comment vous expliquer ?

Elle est belle…

Elle est bleue…

img_20170214_135414_208

Ses sons marins, sa musique et ses projections de mouvements  aquatiques au plafond sont on ne peut plus reposants. Bébé adore, pour notre plus grand bonheur. Et nous aussi, on ne met pas longtemps avant de sombrer. Notre aîné a également réclamé la sienne : jaloux, dites-vous ? À peine 😊

Bon, tout ça pour dire que même s’il n’existe pas de recette miracle pour faire dormir bébé, il y a plein de petites astuces qui peuvent aider. Le câliner, le rassurer c’est essentiel et ça ne pourra que renforcer le sentiment d’attachement à ses parents. Après, chaque enfant a son rythme, il faut l’écouter et s’écouter aussi, nous parents. On fait de notre mieux en tout cas, et c’est ce qui compte.

Et vous, c’est quoi votre technique miracle pour endormir bébé ?

Publicités

2 réflexions sur “Ce qui révolutionna mes nuits (ou comment enfin réussir à faire dormir bébé)

  1. ColombesMum dit :

    On faisait comme vous avec le coussin en U et pour les autres conseils aussi même si chaque bb reagit differemment avec son rythme. Moi j’avais remarque que bb porté en journee : siestes et dodo plus longs. Rassuré…ps: j’avais craqué sur la tortue mais pas reçue en cadeau avec notre liste et apres on a herite d’une vieille berceuse qui d’ailleurs fait partie du rituel meme encore mnt (elle a une musique bien identifiee et projette des animaux qui tournent)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s